Auteur : Emile Zola

Editeur : Le livre de poche

Nombre de pages : 512 pages

 




 

Résumé :

Un mécanicien de locomotive, tourmenté par une lourde hérédité, et qui ne s’entend vraiment qu’avec sa machine… Une femme qui semble née pour faire le malheur de tous les hommes qui l’approchent… Un juge pétri de préjugés, prêt à renier la justice au profit de l’intérêt social ou politique… Tels sont les personnages de ce drame, un des plus sombres qu’ait imaginés le romancier des Rougon-Macquart. Vivante et précise comme un reportage, puissante comme une épopée, son évocation du monde des chemins de fer au moment de leur âge d’or va de pair avec la vision d’une humanité en proie à ses démons héréditaires et sociaux – l’alcoolisme, la misère -, et chez qui la jalousie et la convoitise charnelle portent le meurtre comme la nuée porte l’orage.”

Lis moi !


Mon avis sur “la Bête humaine” de Zola


Zola et moi : la rencontre manquée

J’ai rencontré Zola au lycée et j’ai tout de suite détesté. On dit souvent que la lecture est une d’abord une rencontre, parfois il nous est impossible de voir l’autre, même en peinture. Quelques années plus tard, j’avais lu et beaucoup aimé Thérèse Raquin et voilà qu’aujourd’hui je découvre « La Bête humaine ». J’ai passé un très bon moment de lecture, j’espère donc par cet article te donner envie de le lire.

Un style d’écriture particulier

Zola est un drôle d’écrivain. Sa plume affectionne le surplus de virgules, les descriptions et le suspens. D’ailleurs, on plaisante souvent avec le fait que l’auteur était payé au mot, ce qui expliquerait que ses phrases ont l’air de ne jamais vouloir finir. Quoiqu’il en soit et pour une raison que j’ignore, j’ai accroché à sa manière d’écrire. La finesse des descriptions et le sérieux avec lequel l’auteur documente son récit force l’admiration !

Lumière sur les passions les plus sombres

La Bête humaine est un thriller haletant où les retournements de situation se succèdent pour le plus grand bonheur des lecteurs. trices. Meurtres, adultère, jalousie, trahison et complots, voilà tous les ingrédients qui donnent au récit sa noirceur et son dynamisme. Avec cette histoire, Zola plonge dans les profondeurs de ses personnages pour en exposer les pulsions les plus intimes et sanglantes. J’ai aimé découvrir le monde ferroviaire, la révolution industrielle et la vie sous le Second Empire. Enfin, sa critique d’une justice qu’il juge soumise aux puissants de ce monde est habilement développée.


La Bête humaine en bref ?


Cette lecture fut une très belle découverte ! Zola est un auteur talentueux qui m’a charmée par la création de personnages instables et complexes. Même si la place donnée au monde ferroviaire était un peu « too much » pour moi, j’irai avec plaisir découvrir d’autres de ses romans.


Infographie avis la bête humaine