Auteur : Mitch Albom

Edition : Pocket

Nombre de pages : 281 pages



Résumé :

Cinq personnes que vous avez croisées de votre vivant vous attendent là-haut. Leur sort est intimement lié au vôtre, et pourtant vous ne les connaissez pas forcément. Ces cinq rencontres, belles ou terribles, vous révéleront les fils invisibles qui nous relient tous les uns aux autres. Ignorant tout cela, le vieil Eddie, chargé de l’entretien des manèges d’une fête foraine, fait ses premiers pas là-haut. Au fil des rencontres qui lui sont destinées, il découvrira les clefs de la vérité pour plonger enfin dans une bienfaisante éternité.

Lis moi !


Pourquoi lire “Les cinq personnes que j’ai rencontrées là-haut” ?



Encore une lecture qui m’aura laissé mitigé ! J’ai trouvé « Les cinq personnes que j’ai rencontrées là-haut » dans une boite à livres et comme souvent, lorsque j’y trouve un bouquin, je me laisse surprendre en acceptant de sortir de ma zone de confort. Hop, je t’emmène avec moi découvrir ce curieux récit !

Un vieux bonhomme pétri de solitude

Eddie est vraiment le stéréotype du vieux monsieur ronchon mais ultra attachant. Dès les premières pages, j’ai été émue par cet homme pétri de solitude. Ce personnage est profondément humain et constitue clairement le point fort de cette histoire.

Des rencontres “inégales”

Je peux le dire tout de suite, toutes les rencontres contées ici ne sont pas égales. Certaines m’ont vraiment laissé de marbre, parce que les thèmes abordés sont trop américanisés à mon goût. Sans trop en dire, je peux citer par exemple le « tu dois pardonner » qu’un personnage balance à notre Eddie, ordre qui ouvre la porte à tous les abus. Je peux aussi parler de la mise en valeur malaisante du sacrifice pour le bien de la patrie. Les autres rencontres ont heureusement permis de rattraper les deux premières.

Une réflexion intéressante sur le sens de la vie

J’ai vraiment aimé la réflexion de l’auteur sur le sens de nos vies et le fait qu’elles soient interdépendantes. En effet, aucune d’entre elles n’existent en vase clos, c’est à dire qu’elles s’influencent les unes les autres -.


Conclusion

En bref, ce conte moderne est plutôt sympa à lire si tu le trouves dans une boite à livres ou à moindre coût. Il est court et se lit donc très vite, ce qui peut être agréable à engloutir entre deux bons pavés. Je note tout de même que le background culturel de l’auteur m’a parfois fait grincer des dents par des réflexions un peu « bateau ».